L’étude préalable à la restauration du patrimoine

Dans la catégorie « jargon du métier », je voudrais faire un point sur l’Étude préalable à la restauration du patrimoine, une expression qui fait souvent « gloups ! » dans les oreilles des propriétaires publics ou privés de patrimoine bâti et mobilier, qu’il soit protégé au titre des Monuments historiques ou non.

➡️ Qu’est-ce qui se cache ou cette appellation obscure et quel en est l’intérêt ?

Étude préalable / étude d’évaluation : petra eo* ?

* « qu’est ce que c’est » en breton, notre « quèsaco » local…

Il y a un indice dans le nom, l’étude préalable est réalisée… préalablement à toute intervention de conservation-restauration. « Championne » me direz-vous. « La perspicacité incarnée » vous répondrais-je. 🧐

Il faut savoir que les termes d’étude d’évaluation et d’étude préalable sont globalement synonymes, à ceci près que l’on parle davantage d’évaluation concernant le patrimoine bâti, et d’étude préalable concernant le patrimoine mobilier.

Dans les 2 cas, il s’agit du travail réalisé par des professionnels, organisés en équipe : architectes spécialisés, économiste, historien, restaurateurs, bureaux d’études techniques etc. Un melting pot de compétences et de regards complémentaires. ⚙️

L’étude d’évaluation du patrimoine bâti

Pour le patrimoine bâti, on devrait utiliser le terme « étude d’évaluation » mais, dans la pratique, le terme « étude préalable » est le plus courant.

L’étude d’évaluation d’un monument est réalisée lorsqu’il est nécessaire d’avoir une vision globale de son état de conservation. Ce qui est le cas même lorsqu’une partie de l’édifice semble dégradée (des boiseries ou une voûte par exemples), nous y reviendrons.

A l’issue de cette étude, le rapport fourni contiendra toutes les informations relatives à ce bâtiment ancien :

  • les données administratives et obligations réglementaires,
  • une étude historique,
  • la compilation des éventuelles études ou rapports antérieurs
  • le relevé, c’est-à-dire les dessins en plans, coupes et élévations, à l’échelle,
  • le diagnostic sanitaire de l’édifice,
  • les travaux nécessaires à la restauration (+ ou – urgents)
  • l’estimation financière des différents scenarii de restauration

🎁 Les petits + : la description architecturale qui rend compte tant du dessin global que des matériaux employés etc., son analyse stylistique. Selon les besoins, l’ensemble des études complémentaires : structure, laboratoire, éclairage, dendrochronologie (dendro’quoi ?)

L’étude préalable à la restauration du mobilier

Pour le patrimoine mobilier, il s’agit grosso modo de la même démarche que pour le patrimoine bâti. On va donc également chercher à connaître et comprendre l’objet dans son état actuel, et de prévoir les interventions à réaliser (conservation, restauration ou les 2). Le rapport comprend à peu près les mêmes composantes :

  • Identification de l’objet patrimonial,
  • étude historique,
  • constat d’état,
  • diagnostic sanitaire,
  • préconisations d’intervention (et parfois chiffrage).

🎀 Les petits + : la description précise et sa critique d’authenticité, les recherches en labo (nature des pigments de peinture, identification d’un champignon, etc.)

étude préalable restauration du patrimoine
L’étude préalable à la restauration du patrimoine bâti ou mobilier se déroule avant toute intervention de travaux.

Quel est l’intérêt de l’étude ?

Et bien, il s’agit tout simplement de réfléchir avant d’agir (ce qui vaut pour plein de situations), et d’éviter les cata’ évoquées dans les articles précédents sur les erreurs fréquentes du patrimoine bâti et mobilier

Il faut vraiment voir l’étude préalable ou d’évaluation comme une boîte à outils !

Une boîte à outils très complète, qui va permettre de penser intelligemment l’intervention de restauration à effectuer sans passer à côté d’une pathologie importante (mais cachée) ou supprimer par mégarde un élément architectural ou mobilier de valeur.

Je l’ai évoqué succinctement, la restauration d’un édifice ne doit jamais se penser en isolant les parties délabrées. Ainsi, par exemple, il m’est déjà arrivé d’être consultée pour une voûte dégradée. En l’occurrence, s’en tenir à l’étude de la voûte seule n’a aucun intérêt. Une voûte repose sur des maçonneries, et est soutenue par une charpente, elle-même protégée d’une couverture🔄.

A quoi servirait d’étudier et de restaurer la voûte seule, si la couverture reste fuyarde, la charpente dégradée par les vers et les maçonneries fissurées ? A rien (perspicacité vous dis-je) 😂

➡️ Du gaspillage de temps et d’argent pour le propriétaire gestionnaire.

reunion architecte équipe église etude prealable
Un bâtiment est un ensemble d’éléments (maçonnerie, charpente, menuiserie etc.) qui vieillissent de façon hétérogène mais qui sont interconnectés.

Au termes de l’étude d’évaluation, ce dernier sera en possession de toutes les informations nécessaires pour lancer des travaux, y compris dans un ordre de priorité qui lui permettra une restauration cohérente et un étalement des coûts. Surtout que l’estimation permet de budgéter l’opération et de faire un plan de financement si besoin, ou de prévoir un plan pluriannuel des coûts 🗓️. Et, rappelons-le, un projet étudié de la sorte a davantage de chances d’être soutenu par des fondations.

Autre petit nota : pour les monuments historiques, l’étude préalable est éligible à subventions. Et ça, c’est toujours bon ! 🌈


En bref, l’étude préalable à la restauration, c’est l’élan indispensable pour assurer le grand saut dans les travaux. 🧗

On décortique le monument, pour en connaître la moindre spécificité, pour comprendre pourquoi il est désormais dans cet état, et proposer des solutions adaptées aux besoins et aux contraintes.

Pour les édifices et mobiliers protégés, cette démarche est effectuée en lien permanent avec les instances publiques : DRAC, ABF, CAOA etc.

Au sein d’Anthemion, ces études constituent une bonne partie de mes missions. Il faut dire que mon parcours atypique me permet de participer tant aux études d’évaluation qu’aux études préalables à la restauration du mobilier. En effet, au sein d’une équipe d’étude, je suis en mesure de réaliser :

  • l’étude historique du patrimoine bâti et mobilier
  • la description architecturale et son analyse
  • l’étude préalable du mobilier contenu dans l’édifice
  • et, en bonus, un coup de main sur le relevé et le diag’ sanitaire du bâtiment

Et ça tombe bien car il s’agit de la mission que je préfère dans mon métier !

Réussir à comprendre comment s’articule l’architecture d’un manoir, pourquoi un retable a vieilli avec telles déformations, pourquoi une église n’est pas orientée, etc. Je trouve ça passionnant ! Et le plus cool dans tout ça ? Voir les projets se concrétiser en phase travaux : voir le monument retrouver son équilibre et l’objet d’art retrouver une bonne santé. 🙌

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :