La Baconnière (Mayenne), église Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien,19e siècle

  • Maîtrise d’œuvre : agence XV41, architecte du patrimoine
  • Mission : étude historique
  • 2021

Résumé :

L’église de La Baconnière a été construite entre 1864 et 1868, et succède à un édifice dont l’origine remonte au 12e siècle.

Vers 1830, la population de la commune augmente rapidement avec l’ouverture des mines de calcaire et d’anthracite où travaillent de nombreux ouvriers. L’église originelle devient trop étroite pour accueillir les fidèles et la construction d’une nouvelle est envisagée. Dans le même temps, la municipalité prévoit le réaménagement du bourg à des fins de modernisation des espaces. 

Pierre-Aimé Renoult, architecte départemental, dessine les plans de la nouvelle église de style néoroman, dont les travaux débutent en 1864. Mais ils sont source de conflits : progressivement, le chantier est marqué par une perte de confiance entre les deux parties. 

L’église est rendue au culte en 1866 sans que les travaux soient terminés ; leur réception est planifiée le 19 juin 1868. S’ils sont rapides, ils sont surtout marqués par un non-respect du programme fixé et une mauvaise maîtrise des coûts. Aussitôt réceptionnée, l’église inachevée présente quelques désordres structurels.  En parallèle, les paroissiens œuvrent à l’aménagement et au décor de leur nouvelle église, symbole de modernité et marqueur identitaire du nouveau bourg de La Baconnière.

Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien connaît plusieurs campagnes de restauration au 20e siècle. A partir des années 1980, des rapports alertent sur l’état de l’édifice et sa dangerosité pour le public : petit à petit, la voûte de brique et de plâtre se délite…

Le 16 mai 2014, la préfecture de Mayenne ferme l’église au public pour des raisons de sécurité, et en juin 2019, la tempête Miguel soulève la charpente qui retombe sur la voûte : cette dernière, déjà fragile, s’effondre dans le chœur.

Notre étude historique a permis la documentation complète du projet de construction de cette église, caractéristique des constructions diocésaines des années 1860. Par ailleurs, l’analyse des archives a offert une compréhension fine des interventions apportées à l’édifice au cours du 20e siècle, et des désordres structurels repérés par l’architecte du patrimoine. Enfin, la définition des atouts patrimoniaux de cet édifice a nourri l’élaboration du programme de restauration.

chœur de l'église de La Baconnière,, charpente effondrée vue au moment de l'étude patrimoniale
Vue du chœur de l’église Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien de La Baconnière. © Pauline Ruen, Anthemion, 2021

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :